MCE-5 VCRi : repousser les limites de la réduction de consommation de carburant

Il est performant

MCE‑5 VCRi : contribuer à sortir
du dilemme « économie de carburant ou plaisir de conduire »

La surperformance des automobiles conduit à la surconsommation de carburant. Pourtant, le plaisir automobile fait encore partie des aspirations de nos sociétés modernes. Ceci est contradictoire avec la crise environnementale et énergétique qui en appelle à l’économie et la modération. Si on voulait réellement optimiser la consommation énergétique des véhicules, on dimensionnerait leur moteur au plus juste pour qu’il fournisse des accélérations « suffisantes » tout en autorisant une vitesse maximale respectueuse de la réglementation. Cette approche pragmatique et efficace n’est pourtant pas appliquée dans la vraie vie.

Le plaisir automobile fait encore partie
des aspirations de nos sociétés modernes

Le MCE‑5 VCRi cultive les qualités fondamentales
qui contribuent au succès technique
et commercial de l’automobile

Au final, la consommation de carburant automobile assouvit deux besoins : celui de se déplacer et celui de se faire plaisir. Si on pousse le plaisir automobile au-delà du raisonnable, on tombe dans la gabegie énergétique : une voiture à hautes performances peut consommer jusqu’à 3 fois plus de carburant qu’une voiture économe pour parcourir la même distance, à la même vitesse. Le « potentiel » de vitesse ou d’accélération de cette voiture ne sera pourtant que rarement utilisé car ce qu’achète le client final, c’est justement ce « potentiel ». Ainsi, la plupart des possesseurs de voitures sportives sont simplement satisfaits de savoir qu’ils pourraient rouler très vite « s’ils en avaient l’envie ».

La conscience grandissante des enjeux environnementaux ne change en rien cette situation. Il semblerait au contraire que plus nous avons conscience des conséquences du réchauffement climatique, plus nous parcourons de kilomètres, dans des voitures de plus en plus puissantes, de plus en plus équipées, et produites en nombre sans cesse plus grand. En somme, nous faisons l’inverse de ce qu’il est recommandé de faire. Si nous nous disons « responsables » dans les discours, nous ne le sommes guère dans les faits.

Puisque la population ne consent qu’à de piètres efforts et puisque les pouvoirs publics ne peuvent pas imposer un régime dictatorial pour préserver l’environnement et la ressource énergétique fossile, la solution se trouve dans le développement de véhicules qui conservent leurs performances et leur agrément tout en consommant moins de carburant à même usage. Cette recette n’est efficace que si le véhicule reste abordable et rentable. En ce cas, le plaisir automobile reste intact et l’effort de réduction de la consommation est géré en amont par les ingénieurs motoristes et les concepteurs des véhicules, en toute transparence pour l’utilisateur. Cette approche a d’autant plus d’impact qu’elle engendre de gros volumes de vente de véhicules à haut rendement énergétique, ce qui réduit les émissions de CO2 par millions de tonnes. Elle demande néanmoins un effort soutenu de R&D suivi d’investissements à la hauteur des enjeux.

Réduire drastiquement la consommation de carburant à faible coût sans entamer la performance des véhicules est au cœur du projet MCE‑5 VCRi. Le hard downsizing, le downspeeding, l’optimisation du taux de détente, la réduction des frottements et éventuellement l’allumage par compression de mélanges pauvres figurent parmi les stratégies retenues. Dans la vraie vie, le couple élevé à bas régimes que délivre le MCE‑5 VCRi invite à une conduite coulée. Cette caractéristique évite le syndrome des véhicules « vroum-vroum » qui, s’ils peuvent être économes lorsqu'ils sont sagement conduits sur cycle NEDC, ne le sont pas dans la vraie vie à cause de leur caractère trop « pousse-au-crime ». Au contraire, le couple élevé du MCE‑5 VCRi, permet d’allonger les rapports de transmission sans transformer les véhicules en « veaux » déprimants à conduire : le véhicule reste dynamique y compris sur des rapports longs, ce qui permet de gérer diverses situations de conduite.

Le MCE‑5 VCRi cultive les qualités fondamentales qui contribuent au succès technique et commercial de l’automobile : fort couple, hautes performances, consommation réduite et prix de revient modéré. À ce titre, le MCE‑5 VCRi devrait contribuer significativement à éviter d’avoir à choisir demain entre performance énergétique et plaisir de l’automobile.