Le concepteur de la technologie MCE-5 VCRi

Vianney RABHI est le concepteur de la technologie MCE‑5 VCRi. Il est autodidacte dans le domaine des moteurs. Adolescent, il passe le plus clair de son temps libre dans le centre de documentation technique de son lycée à étudier de nombreux ouvrages traitant des moteurs et de la thermodynamique. À l’âge de 18 ans il construit un garage à la ferme de ses parents et apprend le côté pratique de la mécanique avec l’aide d’un ancien professionnel. Dès 1985, il dépose des brevets appliqués au moteur à combustion interne. Ses premiers concepts sont sans avenir, mais c’est pour lui l’opportunité de commencer à partager ses idées et à établir des contacts avec des constructeurs automobiles et des laboratoires de recherche. Au fil des années, il rencontre de nombreux experts qui deviendront pour la plupart des informateurs et des inspirateurs. Certains l’encourageront à persévérer. Très vite, il comprend l’intérêt du taux de compression variable (VCR) dont il anticipe les multiples applications.

C’est en 1991 que Vianney RABHI dépose son premier brevet de moteur à taux de compression variable. Il échange avec divers experts, mais se rend compte que son idée comporte un grand nombre de défauts dont certains sont rédhibitoires. Il établit alors une liste de caractéristiques « incontournables » que doit avoir un moteur VCR et fait l’inventaire de « ce qu’il faut faire » et de « ce qu’il ne faut pas faire » dans ce domaine. Il étudie des centaines de brevets de moteurs VCR, ainsi que diverses publications qui traitent de ce sujet. Il remarque des constantes dans la conception des moteurs VCR, mais aucun ne répond à son cahier des charges. Sa première conclusion est qu’il semble impossible de concevoir un moteur VCR réaliste, au moins au plan fonctionnel.

C’est seulement en 1997, six années plus tard, que Vianney RABHI a l’idée de principe du MCE‑5 VCRi en regardant une porte d’ascenseur. Il remarque que la première demi-porte se déplace deux fois plus vite que la deuxième et qu’un dispositif à roues et crémaillères peut autoriser cette cinématique. Ceci lui inspire une première crémaillère qu’il fixe à un piston, une roue de transmission qu’il relie à une bielle, et une crémaillère d’ancrage qu’il utilise pour faire varier le taux de compression. Quelques mois plus tard, il dépose le premier brevet de ce qui deviendra par la suite le MCE‑5 VCRi. Le principe retenu ne dénonce aucun de ses critères fonctionnels, mais est extrêmement audacieux au plan technologique. En effet, il s’agit d’intercaler un système d’engrenage entre la bielle et le piston. Ceci n’a jamais été fait dans les moteurs. À titre de variante pour son moteur, il prévoit une soupape d’admission supplémentaire à calage variable pour mettre en œuvre le cycle d’Atkinson.

En cette même année 1997, il sollicite à nouveau son réseau d’experts. Personne ne croit dans le dispositif à engrenage, mais la stratégie VCR Atkinson suscite un vif intérêt. Entre 1997 et 2000, il dépose plusieurs brevets de perfectionnement pour compléter son idée d’engrenage et la rendre plus crédible. L’engrenage devient tronqué, il possède des rouleaux de guidage et un actionneur hydraulique à vérin suiveur. Son projet lui ayant coûté ses économies et sa capacité d’endettement, il est contraint de trouver un « sponsor » qui lui finance une étude pour dimensionner la roue et les crémaillères. C’est sur la base d’un nouveau dessin et d’un prédimensionnement réaliste qu’un grand constructeur s’intéresse enfin à ce moteur VCR que Vianney RABHI avait baptisé « MCE‑5 ». Ceci débouche dès 2000 sur une première collaboration avec ce constructeur, qui se poursuivra jusqu’en 2004.

Après avoir jeté les bases de la société MCE‑5 DEVELOPMENT en 2000, Vianney RABHI en est aujourd’hui le Directeur de la Stratégie et du Développement. Il en impulse les grandes orientations stratégiques et techniques sur lesquelles repose le projet MCE‑5.

« Durant ces treize dernières années, le projet MCE‑5 a été une aventure technologique et humaine d’une extraordinaire densité. Les essais, les échecs et les incessants recommencements ont fait partie de l’aventure, mais les résultats obtenus du MCE‑5 VCRi sont édifiants tant énergétiquement qu’économiquement. Le MCE‑5 VCRi est un saut technologique « jusqu’au-boutiste » qui met le taux de compression sous contrôle sans compromis. Cette approche est importante pour les stratégies d’aujourd’hui telles que nous les avons identifiées et mises en œuvre. Pour les stratégies de demain dont on sait qu’elles seront extrêmement exigeantes, cette approche est cruciale. »